Fourmi De Feu Rouge

fleche115.jpgMenu 

La fourmi de feu rouge (Solenopsis invicta), ou plus simplement fourmi de feu, est l’une des 266 espèces de fourmis  piqueuses du genre très commun Solenopsis. Bien qu’elle soit originaire d’Amérique du Sud, elle est maintenant plus connue aux Etats-Unis, en Australie, à Taïwan , aux Philippines et dans le Sud de la eChine (province de Guangdong). En janvier 2005, plusieurs fourmillières de cette espèce ont été découvertes dans le Nord de Hong-Kong. Par la suite, après une inspection complète, on a trouvé plusieurs centaines de fourmilières dans différents quartiers de Hong Kong. On a également signalé des fourmilières à Macao, l’ancienne enclave portugaise qui jouxte la province de Guangdong. Elles ont été introduites aux Philippines par un avion cargo arrivé en juillet 2005 à Manille en provenance du Texas via la Californie.

antfireant1.jpg

 

Généralités :

Les fourmis de feu sont plus agressives que la plupart des espèces de fourmis autochtones et se distinguent par leur piqûre douloureuse. Lorsqu’une personne marche par inadvertance sur un de leurs tumulus, elle provoque une effervescence des insectes qui essaiment rapidement sur ses jambes et l’attaquent en masse. Les fourmis sont réceptives aux phéromones émises par la première fourmi attaquante. Les fourmis se forment alors en essaim et piquent immédiatement et indistinctement au moindre mouvement.

 

 fourmiinsecterouge1.jpg

Des colonies ont été introduites accidentellement aux États-Unis dans les années 1930 par le port de Mobile en Alabama. Des cargos en provenance du Brésil, à quai à Mobile, ont déchargé des marchandises infestées par ces fourmis. Depuis lors, elles se sont répandues de l’Alabama dans la plaine côtière et dans le piémont de la quasi-totalité des États du Sud-Est des États-Unis. Leur introduction accidentelle en Australie s’est produite de la même façon en 2001.

Ces insectes concurrencent efficacement les autres espèces de fourmis et ont réussi à agrandir leur aire de répartition, notamment aux États-Unis, où ils se sont répandus progressivement vers le nord et l’ouest malgré tous les efforts faits pour les combattre. De nos jours, elles sont présentes dans la plupart des États du Sud, en particulier le Texas, l’Oklahoma, la Louisiane, l’Arkansas, le Mississippi, l’Alabama, le Tennessee, la Georgie, la Floride, la Caroline du Nord, la Caroline du Sud, le Maryland et la Virginie. Il n’est pas rare de voir soudainement apparaître plusieurs fourmilières dans un jardin ou un champ agricole, apparemment du jour au lendemain.

Les fourmis de feu sont toujours en mouvement, voyageant d’une région à l’autre dans les mottes de gazon, les racines de plantes de pépinières ou d’autres produits agricoles. Elles sont nuisibles non seulement à cause de la douleur qu’elles peuvent infliger, mais aussi du fait des tumulus qu’elles édifient, endommageant les racines des plantes et provoquant des pertes de récoltes.

Bien que leurs piqûres soient rarement dangereuses pour la vie de l’homme et des grands animaux, elles peuvent tuer des animaux plus petits, comme des oiseaux. Elles sont même capables de tuer un veau nouveau-né si celui-ci ne se dresse pas sur ses pattes assez vite.

Cycle de vie :

Lecycle de vie démarre quand la reine s’accouple avec un mâle. Les mâles et les ouvrières sexuées sont ailées, ce qui permet à la colonie de se disperser. Les insectes sexués (ou ailés) s’envolent, parfois jusqu’à 30 métres de haut, formant un grand nuage, et s’accouplent en vol. Après avoir inséminé les femelles de leur sperme, les mâles meurent. Les femelles partent alors à la recherche d’un lieu propice pour créer le nid, perdent leur ailes et commencent à pondre.
En attendant que la première génération d’ouvrières, appelés minums,soit capables de subvenir à sa nourriture, la reine survit en puisant dans ses réserves internes de graisse et dans l’énergie venant de la destruction de ses muscles de vol désormais inutiles.
Le premier groupe d’environ une dizaine d’œufs met 11 jours approximativement pour éclore. Il faut environ 20 jours supplémentaires pour que les larves deviennent des ouvrières.
Les premières ouvrières sont très petites. Leur taille et leur nombre augmente progressivement, au fur et à mesure que la reine est mieux nourrie.

Moyens de lutte

Mouche phoride

Les fourmis de feu n’ont en pratique aucun ennemi naturel aux États-Unis, en Chine, aux Philippines ou en Australies. Beaucoup de scientifiques et d’institutions font des recherches pour mettre au point des méthodes pour enrayer leur expansion.

La lutte contre ces fourmis envahissantes a été faite jusqu’ici à l’aide de produit insecticides, mais les recherches en cours visent à introduire des ennemis naturels de ces insectes. Le protozoaire à microspores Thelohania solenopsae et le champignon beauveria bassiana sont des agents pathogènes prometteurs. Pseudacteon tricuspis et Pseudacteon curvatus sont des mouches phorides parasitoide d’Amérique du Sud. Une fourmi parasite, Solenopsis daguerri (Santschi), envahit les colonies pour remplacer la reine dans l’espoir de prendre le contrôle de la colonie. Son utilisation comme moyen de lutte biologique est également en cours d’examen. Il y a aussi la simple introduction de tamanoires.

Les phorides, originaires de l’aire d’habitat naturel des fourmis de feu en Amérique du Sud sont des parasites naturels de ces fourmis. Les mouches femelles pondent chacune un œuf à la jointure de la tête et du thorax de leurs victimes, déclenchant chez les fourmis une réaction en forme de danse évoquant le jerk. La larve consomme par la suite l’intérieur de la tête, décapitant la fourmi, et utilise dans la suite du processus l’exosquelette comme loge pour la pupe.

L’importance des dégâts causés par les phorides est minime, mais les fourmis paraissent perturbées par la présence des mouches tourbillonnantes, perdant leur organisation sociale et cessant de ravitailler la colonie, et subissent ainsi des dommages plus importants à terme. En outre, les phorides sont des parasites très spécifiques et devraient, en théorie, épargner les espèces de fourmis indigènes.

Les phorides ont été introduites en plusieurs points du Sud-Est des États-Unis, elles se reproduisent et se diffusent lentement dans toute la zone infestée par les fourmis de feu.

Dans certains cas, les méhodes de lutte biologique adoptées à la hâte se sont révélées plus néfastes qu’utiles (la gambusie en Australie en est un exemple), et l’efficacité de la lutte biologique dans le cas de ces fourmis reste à vérifier.

Les chercheurs sont également en train d’évaluer l’effet de chocs thermiques, par exemple par injection d’azote liquide ou de vapeur sous pression dans les nids, pour exterminer ces fourmis.

006497arf003n1.jpgReine de la fourmi de Feu.

 

180pxatexasantcolony1.jpg

kali9278a1.jpg

Fourmi de feu rouge
Album : Fourmi de feu rouge
Album phtos sur la page des fourmis de feu rouge.
5 images
Voir l'album

Laisser un commentaire